Ma valise de programmeur
Accueil du site > Essais > Les projets : pilotage par la planification ou par la qualité (...)

Les projets : pilotage par la planification ou par la qualité ?

samedi 17 septembre 2011, par Etienne Charignon

Je pourrais vous parler de gestion de projet informatique mais j’ai eu récemment, pendant une sieste, l’envie d’utiliser une autre sorte de projet : une pièce de théâtre [1].

Au départ de notre projet nous commençons par chercher un texte. Nous parcourons les bibliothèques publiques ou les étagères de nos logements, voire internet pour trouver le texte d’une pièce qui nous plaise.

Supposons pour l’exemple que l’on ait trouvé une pièce en 2 actes de 3 scènes. Pour monter cette pièce, nous sommes une troupe d’amateurs qui se réunissent chaque semaine. Nous avons prévu de jouer le 2eme weekend du mois de mai. Nous avons déjà réservé la salle. Il nous reste 10 semaines, c’est à dire 10 soirées.

Pilotage du projet par la planification

Dans ce mode, le texte définit exactement et complètement notre projet.

Comment s’y prend-on pour monter notre pièce ? On fait le plan ! :

Nous avons 10 soirées. Nous prévoyons de travailler une scène par soirée pendant 6 semaines. Nous ferons ensuite la répétition de l’acte 1 en entier puis la semaine suivante l’acte 2 en entier. Et pour finir la Générale sans les décors puis la Générale avec les décors.

L’avantage : on est sûr d’avoir fini de répéter au moins une fois toutes les scènes. Nous aurons ensuite du temps pour faire "l’intégration", c’est à dire les répétitions enchainant les scènes.

A la fin de ce projet nous jouerons la pièce exactement telle qu’elle est décrite dans le texte que nous avons trouvé.

Nous avons fait l’hypothèse qu’il est possible de répéter chaque scène en une soirée. En fait, cette hypothèse n’est pas formulée de cette façon. Ce que nous faisons implicitement, c’est que nous ajustons la qualité au temps que nous avons. Nous préparerons quelque chose chaque soir. Si la soirée est trop courte la scène sera moins bien préparée, si nous avons trop de temps ce qui n’arrive jamais comme chacun sait, ce sera du temps perdu (nous travaillerons plus mollement ces soirées-là). Au final certaines scènes seront mieux préparées que d’autres.

Nous ajusterons la qualité de notre réalisation pour que notre projet aboutisse. Nous sommes une troupe amateur et nous inviterons nos amis à venir "subir" notre pièce. Après tout, nous sommes là pour nous amuser. Si nous prenons plaisir à faire ce que nous faisons, nos amis seront contents !

Pilotage par la qualité

Ce qui nous intéresse dans ce mode c’est avant tout la qualité de notre réalisation. Nous sommes des amateurs, mais nous ne voulons pas être ridicules devant nos amis ! :-)

Après tout, le texte que nous avons trouvé n’est peut-être pas le texte original. Et puis quand bien même, ce texte n’est peut-être pas le meilleur. On pourrait sans doute l’améliorer pour que ce soit plus drôle… y ajouter des références contemporaines...

Voici comment nous allons planifier notre projet… En effet, ce mode de pilotage ne signifie pas que nous ne faisons pas de plan.

Parmi les 6 scènes, nous en avons identifié 3 qui sont essentielles et qui tiennent à elles seules l’intrigue principale. Nous allons travailler en priorité ces 3 scènes. Le premier soir nous travaillerons la première de ces 3 scènes. La deuxième semaine, nous travaillerons la 2eme de ces scènes, mais en l’enchaînant à la première. A la fin de cette deuxième soirée, nous devrons être capables de jouer les 2 premières scènes, comme une sorte de mini pièce. Si tout va bien, nous travaillerons les 3 scènes lors de la troisième semaine, mais si c’est nécessaire nous travaillerons encore la scène 1 et 2 ensemble pendant une soirée…

Viendront ensuite s’ajouter les scènes supplémentaires pouvant ajouter de la valeur à notre pièce sans pour autant faire partie du cœur de notre projet. Cette organisation de notre projet devrait nous permettre de montrer une pièce bien préparée et dont la qualité nous satisferait.

A noter qu’avec ce mode de fonctionnement nous avons très rapidement une pièce prête à être présentée, bien avant la date de la représentation. Il y a par contre un travail de création bien plus important puisqu’il s’agit d’adapter les scènes déjà répétées pour leur permettre d’intégrer au fur et à mesure les nouvelles scènes.

Conclusion

Le pilotage par la qualité semblent faire plus de compromis au départ, mais comme il est plus efficace, on se retrouve au final avec un meilleur résultat.

Il faut lâcher prise pour obtenir plus !

Avertissement : Mon analogie avec le théâtre n’est pas une preuve en soi. Ce pilotage par la qualité que je décris est parfaitement adapté pour le développement logiciel —je le sais pour l’avoir expérimenté déjà plusieurs fois— mais, je ne sais absolument pas si cela fonctionnerait vraiment pour préparer une pièce de théâtre.

Notes

[1] La vision que je vous présente d’un tel projet est très simplifiée dans le but d’illustrer mon explication. Je m’excuse pour les acteurs qui pourraient me lire et ne pas se reconnaitre. Je ne tiens pas compte, notamment, du travail de création des costumes et des décors

3 Messages de forum

  • J’ai bien aimé le parallèle établi qui aide à expliquer la différence d’orientation, juste peut être un regret sur le passage un peu rapide de "on commence par le plus important" à "on a une meilleure qualité". Je veux dire, je suis agiliste convaincu, donc c’est compréhensible, mais pour quelqu’un qui cherche des arguments ou qui se renseigne pour s’améliorer, je crains qu’il ne trouve cela un peu "facile" et que ça ne nourrisse pas assez sa réflexion.

    Ceci étant je passe l’article à un agiliste qui est également metteur en scène de théâtre, et très friant d’expérimentation agiles dans ses deux mondes.

    Répondre à ce message

    • Les projets : pilotage par la planification ou par la qualité ? 5 décembre 2011 21:50, par Etienne Charignon

      Bonjour Cédric,

      Mon idée était justement d’expliquer pourquoi on a une meilleure qualité avec la deuxième organisation. La clé n’étant pas tant de commencer par le plus important, que de se laisser le temps de préparer "à fond" les parties les plus importantes. Dans ce pilotage par la qualité, on ne progresse pas dans la répétition des scènes suivantes tant qu’on est pas satisfait de l’existant.

      Cela donne les recommandations suivantes pour vos projets agiles :
      - ne cherchez pas obligatoirement à tenir les engagements des itérations et préférez remettre votre ouvrage sur le métier à l’itération suivante plutôt que de bourrer les itérations avec du fonctionnel pour "tenir le planning".
      - Corrigez en priorité TOUTES les anomalies.

      Répondre à ce message

  • Les projets : pilotage par la planification ou par la qualité ? 18 octobre 2011 11:12, par Emmanuel Gaillot

    Salut Étienne,

    >> je ne sais absolument pas si cela fonctionnerait vraiment pour préparer une pièce de théâtre. <<

    Pour avoir écumé les deux milieux, je convaincu qu’il existe une analogie de contexte entre le montage d’une pièce de théâtre et le développement d’un logiciel.

    Dans le théâtre, plusieurs "forces en présence" amène la troupe à répéter les scènes dans le désordre. Il arrive que la pièce ait une dimension temporelle éclatée (beaucoup de flash-back, par exemple) et le metteur en scène voudra parfois travailler selon la chronologie de l’histoire, pour que les acteurs comprennent mieux l’évolution des personnages qu’ils jouent. Il arrive aussi, comme dans le cas que tu développes, que la troupe souhaite travailler en priorité un moment plus important de la pièce, et commencer par les dernières scènes. Ce cas à ma connaissance est plus rare. Cas beaucoup plus fréquent enfin (dans le théâtre professionnel américain tout au moins), lorsque certains acteurs se retrouvent ensemble sur certaines scènes et pas d’autres, la troupe préfèrera travailler pendant une même répétition des scènes qui font intervenir les mêmes acteurs - cela évite à avoir à payer des acteurs pour une répétition où ils jouent peu ;)

    Concernant l’intégration - il est fréquent que la troupe travaille d’abord avec le texte sous les yeux et cale en premier les positions et les déplacements, en rapport avec l’espace scénique. Il y a ensuite un premier filage (parfois en plusieurs répétitions si la pièce est longue). Ensuite seulement les acteurs travaillent la mémorisation du texte, scène par scène. Les corrections de position et de déplacement sont alors en générale assez mineure.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0